Qui sommes nous ? ÉPISODE #3 : Jean-Claude MÜLLER

Jean-Claude Muller, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J.C.M. : Je suis  Conseiller Spécial chez I&IR, après avoir passé 35 ans dans l’industrie pharmaceutique chez Roche, chez Synthélabo et puis Sanofi. Durant la première partie de ma carrière j’ai dirigé des programmes de recherche, en cardiologie, en cardiothrombose et en infectiologie . A partir de 1995, j’ai progressivement été en charge de la mise en place de partenariats de recherche, de la gestion des alliances stratégiques,  du Business Développement de la R&D et enfin de la gestion de l’Administration et des Ressources de toute la R&D. J’ai terminé ma carrière chez Sanofi avec la responsabilité de la Prospective et des Projets Stratégiques. J’ai également été le Président Fondateur du Pôle de Compétitivité Medicen Paris Région. J’édite une biopharmaceutical newsletter hebdomadaire publié chez www.btobioinnovation.com. Mon rôle actuel au  sein de I&IR consiste à aider les start-up et les petites sociétés dans la définition de leur stratégie et dans leur développement à l’International.

Quelles ont été vos principales contributions dans le domaine pharmaceutique ? 

J.C.M. : Durant mon activité de recherche j’ai mis une douzaine de produits en développement clinique (en cardiologie, en infectiologie et en thrombose). J’ai mis en place une vingtaine de partenariats stratégiques de R&D à travers le monde (USA, Japon, Europe). J’ai été responsable de l’intégration des équipes de R&D de Sanofi et d’Aventis (13 000 personnes sur 21 sites en France, Europe, USA et Japon). J’ai mis en place la structure de Sanofi R&D en Chine.  En 2010 j’ai défini une stratégie 2020 pour la R&D de Sanofi-Aventis.

Quelle est la force de la technologie développée par Op2Lysis ? 

J.C.M. : La solution proposée par Op2Lysis est innovante car elle apporte une solution adaptée au traitement de l’hémorragie cérébrale aigüe avec un produit dont la tolérance et le profil pharmacocinétique sont nettement supérieurs aux traitements existants.

Quel est votre apport a Op2Lysis ?

J.C.M : J’aide les co-fondateurs, Christophe Gaudin et Jérôme Parcq, à travers mon expérience de business développement international et de vision stratégique en leur apportant mes conseils sur leur plan à long terme et sur leurs levées de fonds.

Qui sommes nous ? Episode #2 : Emmanuel Touzé

A travers cette mini série d’articles, nous voulons vous présenter l’ensemble de notre équipe et les compétences de chacun.

Emmanuel Touzé, POUVEZ VOUS VOUS PRÉSENTER EN QUELQUES MOTS ?

E.T. Je suis Professeur des Universités – Praticien Hospitalier en Neurologie. J’ai passé plus de 15 années dans les services de neurologie de plusieurs hôpitaux en France. Aujourd’hui, je suis le directeur de l’Unité Neurovasculaire (UNV) de l’Hôpital de Caen, structure qui accueille et régule les patients victimes d’un AVC. Au delà de mon activité de praticien, je participe également à des protocoles de recherche clinique visant à améliorer la prise en charge des patients victimes d’un AVC et suis impliqué dans des réseaux internationaux.

QUELLE A ETE VOTRE PRINCIPALE CONTRIBUTION DANS LA RECHERCHE SUR LES AVCs ?

E.T. J’ai mis en place des outils permettant de mieux comprendre l’épidémiologie et la prévention des AVC. Celles-ci permettent également d’offrir de nouvelles opportunités aux équipes de recherche avec lesquelles nous travaillons [ndlr, l’équipe Inserm U1237 du Pr. Denis Vivien].

QUELLE EST LA FORCE DE LA TECHNOLOGIE DÉVELOPPÉE PAR Op2Lysis ?

E.T. La technologie que développe Op2Lysis est hautement compatible avec une utilisation en situation d’urgence par un neurochirurgien. Il s’agit d’une molécule efficace sur les modèles précliniques, avec la promesse d’une simplicité d’utilisation à travers une injection unique. C’est une solution qui, après avoir la preuve de son efficacité clinique, pourra être déployée rapidement à travers le monde.

QUEL EST VOTRE APPORT A Op2Lysis ?

E.T. Clairement, je vais travailler avec Christophe Gaudin pour mettre en place un protocole d’étude clinique qui permettra d’obtenir une preuve de concept pertinente pour justifier l’entrée en phase de développement avancé, ce qui constituera un grand espoir pour les patients et sera très valorisant pour la société.

——- Dernières distinctions obtenues ——-

Emmanuel Touzé est également Directeur de l’Unité de Formation et de Recherche en Santé à l’Université Caen-Normandie, secrétaire de la Société Française de Neurologie Vasculaire, et éditeur assistant de la revue Stroke (American Heart Association).

Qui sommes nous ? Episode #1 : Denis VIVIEN

A travers cette mini série d’articles, nous voulons vous présenter l’ensemble de notre équipe et les compétences de chacun.

DENIS VIVIEN, POUVEZ VOUS VOUS PRÉSENTER EN QUELQUES MOTS ?

DV. Je suis Professeur praticien hospitalier de biologie cellulaire, en charge pour l’hôpital de l’innovation diagnostique et thérapeutique du département de recherche clinique et directeur d’une unité de recherche INSERM, basée à Caen en Normandie, qui travaille sur les accidents vasculaires cérébraux. J’ai créé mon équipe en 2005 et aujourd’hui cette équipe compte plus de 80 personnes (chercheurs et cliniciens), toutes ou presque dédiées à la recherche sur les AVC, de la découverte d’un nouveau concept, d’une molécule innovante jusqu’à sa validation clinique.

QUELLE A ÉTÉ VOTRE CONTRIBUTION LA PLUS IMPORTANTE DANS LA RECHERCHE SUR LES AVCS ?

DV. L’unité s’est véritablement développée sur la compréhension des mécanismes par lesquels une protéase, le tPA, influence le fonctionnement cérébral et ceci plus particulièrement lors d’un AVC, avec la mise en œuvre de molécules originales pour en optimiser le traitement. Aujourd’hui nous avons déposé plusieurs brevets qui protègent des stratégies thérapeutiques d’avenir, dont celle qu’Op2Lysis développe pour l’AVC hémorragique. Nous sommes également capables
d’initier des études pré-cliniques et cliniques sur la base de nos recherches pour appliquer nos dernières découvertes au bénéfice des patients.

QUEL EST LA FORCE DE LA TECHNOLOGIE DÉVELOPPÉE PAR Op2Lysis ?

DV. Cette technologie est le fruit de plus de 15 ans d’études. Nous avons disséqué-découpé les mécanismes qui contribuent à la neurotoxicité (mort des neurones) lors d’un AVC. De là nous avons généré une molécule, O2L-001, propriété de Op2lysis, optimisée pour en renforcer les fonctions bénéfiques et pour la dédier au traitement des hémorragies cérébrales.

QUEL EST VOTRE APPORT À Op2Lysis ?

DV. A travers l’activité de mon laboratoire INSERM et nos collaborations internationales j’ai une vision assez complète dans le domaine des AVC, de la théorie à la pratique, notamment dans l’AVC hémorragique pour lequel une prise en charge hospitalière optimisée fait encore défaut. Je fais bénéficier de ces compétences à Op2lysis en vue d’une solution thérapeutique innovante pour les AVC hémorragiques, sources d’une mortalité et de handicaps importants pour la population mondiale.

…..

Denis Vivien reçoit le prix Lamarca