Venez découvrir le nouveau site web d’Op2Lysis !

Nous sommes heureux de vous présenter notre le nouveau site internet Op2Lysis.

Plus design et plus agréable à la lecture vous retrouverez sur cette nouvelle version plus d’informations pratiques, de photos et vidéos illustrant notre activité. Il vous permettra de découvrir de façon plus claire notre entreprise grâce à un nouveau menu clarifié et des pages thématiques bien distinctes.
Notre objectif, vous offrir un meilleur confort de navigation et mieux vous informer sur notre actualité.

Mais nous pensons aussi à nos homologues anglophones et nous mettrons bientôt à leurs dispositions une version en anglais !

The English version of the website will be soon available

Tout a été pensé pour que vous puissiez naviguer en toute simplicité.

Il ne vous reste plus qu’à vous en rendre compte par vous-même en vous rendant sur www.op2lysis.com !

Qui sommes-nous ? Episode #5 Jérôme Parcq

A travers cette mini série d’articles, nous voulons vous présenter l’ensemble de notre équipe et les compétences de chacun.

Jérôme Parcq, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J.P.: J’ai une formation d’ingénieur en Agronomie et puis j’ai poursuivi avec un doctorat en Neurosciences. J’ai travaillé les Ces 10 dernières années j’ai travaillé au sein du laboratoire de l’Inserm (U1237), Université de Caen, avec le Professeur Denis Vivien pour développer des solutions thérapeutiques innovantes destinées à détruire les caillots sanguins. Je suis l’inventeur du produit développé par Op2Lysis. Grâce aux formations complémentaires que j’ai reçues à HEC (Challenge +) et à l’INSEAD (Bootcamp Life Sciences), j’ai aujourd’hui une analyse large et multidisciplinaire du programme entrepreneurial qu’est Op2Lysis.

Quelles ont été vos principales contributions dans le domaine des neurosciences ?

J.P. : Durant mon activité de recherche, j’ai développé une expertise autour de la molécule que nous développons aujourd’hui. Mes travaux ont donné lieu à des études cliniques en partenariat avec les unités neurovasculaires en France (Etude Ophélie, coordonnée par l’unité neurovaculaire de Lille). J’ai notamment démontré, que deux formes d’activateur tissulaire du plasminogène (tPA) qui semblaient être identiques avaient en fait des fonctions très différentes dans la neurotransmission glutamatergique. J’ai également mis en lumière le site permettant la potentialisation de cette signalisation par le tPA pour ainsi inventer O2L-001.

Quelle est la force de la technologie développée par Op2Lysis ?

J.P. : La solution proposée par Op2Lysis est basée sur l’observation des mécanismes moléculaires et cellulaires du tPA dans le cerveau. C’est le résultat d’études menées depuis 2001. Cette solution est pleinement adaptée à une administration intracérébrale pour le traitement de l’hémorragie cérébrale aigüe, puisqu’il s’agit d’un agent thrombolytique de nouvelle génération, non neurotoxique.

Quel est votre apport à Op2Lysis ?

J.P. : Je suis co-fondateur d’Op2Lysis, c’est un projet que je porte et que je développe depuis 2010. Ma rencontre avec Christophe en 2014 a accéléré la marche en avant du programme. Je prends en charge les aspects opérationnels de la société.

Op2Lysis à l’international Stroke Conference 2018

L’international Stroke Conference est l’un des plus importants congrès dans le domaine des AVC et se tient annuellement aux Etats-Unis. Plus de 4000 congressistes étaient présents, dont plus de 25% venus d’autres pays.

L’un des événements majeurs à cette session est indéniablement la présentation des résultats de l’étude DEFUSE-3. Jusqu’à présent, il avait été montré que le bénéfice clinique de la thrombolyse, seul traitement médical efficace dans l’AVC de type ischémique, c’est-à-dire consécutif à l’obstruction d’un vaisseau cérébral, disparaissait au-delà de 3 à 4,5 heures après la survenue des symptômes. L’étude DEFUSE-3 repose sur les progrès de l’imagerie cérébrale et la pratique de la thrombectomie (technique interventionnelle consistant à retirer le caillot à l’aide d’un cathéter), qui sont les plus importantes avancées de ces dernières années dans le domaine de l’AVC. Les patients sélectionnés dans cette étude étaient atteints d’un AVC de type ischémique survenu entre 6 et 16 heures auparavant et pour lesquels l’imagerie (IRM ou scanner) permettait d’identifier qu’une partie du tissu cérébral concerné par l’occlusion artérielle pouvait encore être sauvée. Les résultats présentés à l’ISC 2018 ont permis de démontrer une diminution de moitié du score de handicap consécutif à l’AVC chez ces patients pour lesquels il était précédemment considéré qu’aucun traitement ne pouvait améliorer leurs chances de survie avec un niveau de handicap acceptable.

Ces résultats sont la source d’un fantastique espoir et ont été largement applaudis par l’audience. Bien qu’ils concernent une autre forme d’AVC, ils montrent bien que la persévérance et la combinaison de nouvelles techniques, dans ce cas, l’imagerie et la thrombectomie, offrent de nouvelles chances pour les patients atteints d’AVC. C’est à cela que nous travaillons chez Op2Lysis. Cette conférence a été l’occasion pour nous, de rencontrer de nombreux experts qui étaient présents au congrès, notamment des personnes clé impliquées dans l’essai MISTIE en cours avec altéplase chez les patients avec un hématome intracérébral, et avec lesquelles des collaborations fructueuses vont pouvoir être mises en place dans un proche avenir, permettant ainsi de maximiser nos chances de succès.

Pour mieux comprendre la différence entre AVC ischémique et AVC Hémorragique, nous vous invitons à consulter cet article.