Qu’est-ce qu’un AVC hémorragique ?

Existe-t-il plusieurs formes d’AVC ? Pourquoi parle-t-on d’AVC Hémorragique ? Nous vous expliquons tout !

Il faut tout d’abord savoir qu’il existe deux principaux types d’AVC (95% des cas) : l’AVC dit ischémique et l’AVC dit hémorragique. Les symptômes restent les mêmes, cependant l’AVC hémorragique est la forme d’AVC la plus sévère et la plus handicapante.

L’AVC Ischémique est provoqué par l’obstruction de vaisseaux sanguins présents dans le cerveau. L’obstruction est provoquée par un caillot formé soit par la rupture d’une plaque d’athérome* sur la paroi de l’artère, soit par la migration d’un caillot formé dans le cœur chez un patient atteint d’une fibrillation auriculaire. Le cerveau étant insuffisamment irrigué, les cellules nerveuses manquent d’oxygène et de nutriments et meurent.

L’AVC hémorragique ou hémorragie cérébrale résulte d’une fuite de sang d’une artère cérébrale vers le cerveau. Cette fuite est la conséquence de la rigidification des vaisseaux (tabagisme, hypercholestérolémie**, hypertension artérielle notamment). La présence de sang dans le cerveau entraine alors la mort des neurones avoisinants. De plus la formation de l’hématome dans la boite crânienne comprime le tissu cérébral, ce qui induit des dégâts supplémentaires.

*Plaque d’athérome : Modification structurelle de la paroi vasculaire par des dépôts de cholestérol, conduisant à une réponse inflammatoire fragilisant la paroi. Il s’agit d’une maladie chronique qui se développe tout au long de la vie. 


**Hypercholestérolémie : taux de cholestérol supérieur à la normal dans le sang.